Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mariage

  • Mariages et Fondations

     Tous ceux qui ont une expérience sociale en contact avec des familles et des enfants savent que les compositions familiales sont pratiquement toutes imparfaites. Mieux, le choix de composition d'un foyer homoparental est d'autant plus significatif et plus respectable qu'il n'est pas (jusqu'à ce jour) dans la "norme", et donc sujet à des difficultés innombrables, ce qui montre que celles et ceux qui le créent sont suffisamment motivés et conscients de leur engagement familial, tant en terme de responsabilité que d'engagement relationnel avec leur partenaire et les enfants qui viendront agrandir leur foyer ... peu importe par quel mode ils y arriveront.

    Lorsqu'on sait les ravages provoqués au sein des enfants et des générations suivantes par des couples hétérosexuels mal apparentés, mal aimés et mal aimants, mal choisis, aux grossesses subies, aux enfants supportés parce que pas attendus et désirés, on peut se dire que les foyers homosexuels ne feront de toutes façons pas pire que les autres, beaucoup plus probablement mieux, puisque leur choix de fonder une famille est obligatoirement un choix "actif", aucune grossesse ne pouvant dans ce cas d'espèce être "subie", et aucune adoption n'étant faite (par principe) de force ou sous une menace quelconque.

    Voici donc déjà deux "à priori" qui doivent dans l'absolu plaider en faveur de cette loi.

    Mon père était éducateur dans un centre pour enfants placés par le juge des mineurs. J'ai vécu à leur contact, et je crois bien connaitre ce milieu, où se retrouve une grande partie de ces enfants "épaves", tristes résultats de foyers incapables de les éduquer, de les aimer, de les protéger, triste démonstration que les "hétéros" n'ont vraiment pas de leçons à donner en terme d'éducation...

    Ma culture catholique, mon attachement à une logique "biologique" de fondation d'un foyer m'ont fait longtemps penser que le rapprochement d'homosexuels en terme de choix de vie commune, puis de fondation d'une famille était une "hérésie" face à ce que la nature prévoit dans sa "normalité". Mais à la réflexion (qui n'a pas été simple !), la comparaison biologique s'arrête là: dans les faits, le rapprochement de personnes qui s'aiment vraiment, et qui fondent une famille avec des conditions d'accueil des enfants qui présentent autant de difficultés ne peut pas être socialement moins "efficace" au sein d'une communauté de vie homosexuelle que dans les autres foyers, prétendus normaux.

    Qu'ils soient assurés du respect que l'on doit à celles et ceux qui vivent avec de l'amour et qui donnent du sens à leur vie.
     
    ©D.BRUCH - 02/2013.