Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la plage de Robinson - Page 4

  • Confinement: jour 16

    (2/4/20)

    Ma chérie a fini (enfin) par me le dire. "Tu me manques, j'ai besoin de toi !". Ce qu'il fallait. Comme de mettre la clé dans le démarreur. Alors j'ai cherché tous le prétextes pour quitter ma yourte et mon désert...
    - la liaison internet est pourrie, ç'est uniquement le partage de connexion de mon téléphone. Un brave instrument celui-là.
    - le chat sous la yourte en a marre de faire du yoga. La nuit, là, au moment où j'écris, il miaule en copain, trois ou quatre miaulements discrets, puis silence pendant cinq minutes, et il recommence. Je pense qu'il a froid, mais il ne veut pas me l'avouer, et encore moins venir se mettre au chaud.
    - le temps fait le yoyo, ça décourage des tortues et les caméléons, ils restent confinés (eux aussi) et ils ne se montrent pas, ça me déçois beaucoup, j'aime trop ces petites bêtes.
    - pas de télé. D'un coté, tant mieux, j'ai assez d'infos sur les réseaux sociaux: si les infos journalistiques sont du même tabac, je comprends que les gens qui restent devant leur télé toute la journée deviennent dingues.
    - la voisine, adorable, ramasse des chiens en croyant qu'elle les sauvent. Elle a récupéré une chienne bédouine probablement skizophrène qui doit avoir des cordes vocales en titane. Elle aboie tout le temps, sur n'importe quoi et n'importe qui (dont moi) pour n'importe quelle raison obscure. La nuit c'est pire, elle engueule la lune...
    - le sable. Il s'invite tout le temps dans tout ce que je fais. un malotru total : se met dans mes chaussures, se glisse sous la porte, fait la dune devant la yourte juste pour que j'utilise ma pelle, s'incruste avec son copain le vent dans le clavier de mon fidèle Lancelot III (c'est le nom de mon ordinateur portable, troisième du nom, le deux ayant perdu ses moyens faute de batterie de rechange, le un ayant été volé dans ma voiture par des envahisseurs à Jaffa juste devant la vieille mosquée), et, lorsque son compère le vent vient du sud et sa copine la pluie s'y colle aussi, ces trois là transforme et ma voiture et mes vitres en tenues de camouflage dégradée de tous les ocres jaunes de la région.
    - le parquet: ça fait une semaine que je bouche les fissures avec la patience d'un ange qui aurait perdu ses ailes dans un poulailler industriel: mes genoux de vieux n'en peuvent plus. Et c'est pas encore fini...
    - le froid qui me fait perdre l'envie de boire mon café: pendant que j'écris, le soir, la température tombe dans ma tasse chaude comme une épidémie: invisible, elle éteint la chaude sensation de tenir le mug, elle tiédit tout, puis me fait frémir quand je me lève pour aller dans mon lit froid et solitaire.

    Voilà assez d'arguments pour aller rejoindre la civilisation claquemurée derrière les peurs ancestrales des épidémies séculières. On se regarde, mes vieilles chaises et moi, celles qui ont fait le tour du monde depuis quarante ans, comme si l'on assistait à une veillée de bataille, ou à une veille de départ, en se disant qu'on ne s'oubliera pas, en jurant qu'on reviendra. Et je vous vois, tous, assis autour de moi, qui me dites "vas-y, vas-y..."

    Il est temps que je rentre, j'entends des voix...

  • Confinement: jour 15

    (1/4/20). le quatorzième jour c'était hier. En toute logique, je devrais quitter cet endroit et rentrer à la maison, et être encore confiné indéfiniment dans une ville, cette fois, et dans un confinement partagé dans un espace fini.

    J'hésite. Ici le regard porte jusqu'à l'horizon depuis les fenêtres. Les bruits sont ceux de la nature. Quelquefois les avions viennent s’entraîner au-dessus de ma tête, et il m'arrive de jouer à les suivre avec mes jumelles, les observer faire leurs cabrioles rondes, leurs ressources verticales, leurs piqués d'échappatoires. Ici je peux sentir le désert, définir mon jardin sans barrières, regarder les troupeaux raser méthodiquement les parterres à peine fleuris, chercher des yeux les animaux du silence, les voir vivre.

    J'hésite. Dans ma solitude relative, je peux laisser mon esprit divaguer à sa guise, élucubrer des idées aussi nouvelles que farfelues, prier sans barrières, démonter le monde et croire que demain il sera aussi différent que beau, jouer patiemment à reboucher des fissures inconnues. Ici le temps ne compte plus.

    J'hésite. Mon ange ne me crie pas son désarroi, elle occupe notre espace pour deux qui s'est refermé sur elle, comme si tout ce qui arrive était devenu supportable, comme si mon retour devenait un supplément au vécu du jour, comme si je pouvais devenir une contrainte supplémentaire, un frein à nos libertés individuelles, à nos coins qui pouvaient être devenus secrets à force de solitude. On prend vite des habitudes nouvelles pour combler les liens qui nous manquent. Je n'y échappe pas.

    Je partirai vendredi. Je vais laisser s'éteindre ce long moment passé avec moi-même, réveiller les liens qui s'étaient endormis, cesser de regarder le vide, ce néant de tout qu'il faut sans cesse remplir de pensées et d'actions, pendant que les étoiles, au-dessus du ciel, me narguent en continuant inlassablement leur petit manège narquois et éternel...

     

    (photo: arum rare du désert)

    L’image contient peut-être : plante
  • Confinement: jour 14

    (31/3/20)

    Aujourd'hui, tempête de sable. autant dire, dans l'ordre:
    - confinement du confinement: fenêtres et portes closes, pas le nez dehors, ou alors avec un chech bien roulé autour de la tête.
    - pas la peine d'aller se balader, c'est le sable qui vient te livrer à domicile
    - conjonctivite assurée pour les allergiques dans mon genre
    - et les éternuements à rallonge en prime.

    Le chat cantonné sous la yourte (non ce n'est pas un chat chinois de Canton ! ) fait le sphinx: tête droite, pattes avant recroquevillées, posture de yogi en attendant des jours meilleurs, et probablement quelques miettes de thon qui tomberaient du ciel. Et là, la ciel, c'est moi. Mais pas de thon au menu du jour, j'ai la flemme.

    Et comme c'est jour de sable, j'en ai profité pour passer l'aspirateur dans toute la maison, en haut, en bas, sous le canapé, derrière le frigo et même derrière les livres de la bibliothèque. Dans une accalmie, je suis sorti. J'ai vu le chat. Il était toujours en lévitation sous la yourte. C'est un peu plus loin que je suis tombé sur les jacinthes du désert qui avaient choisi justement aujourd'hui pour fleurir. Je les ai immortalisé dans mon téléphone, on ne sait jamais. Par ces temps de fin du monde, il vaut mieux fixer deux fois ce qui passe par la rétine, on pourrait ne pas nous croire dans les générations à venir.

    J'ai commencé aussi (pour les générations à venir, vu la durée de vie moyenne d'un plancher en sapin du nord) à boucher les rainures entre les planches. il y en a 64 à faire: aligner sur chaque bord du papier collant, au dixième de millimètre, préparer la colle epoxy en y ajoutant de la poussière de bois pour la charger, poser la charge dans chaque fente avec une spatule, recommencer, recommencer, recommencer... et une fois la colle prise, enlever le papier collant, puis poncer pour effacer les défauts... J'espère que mes arrières petits-enfants penseront à moi en cirant ce merveilleux parquet, et se diront que l'aïeul n'avait vraiment rien à faire pour passer autant de temps à boucher les fissures...

    J'étais tellement occupé que j'ai oublié que c'était mon dernier jour de bidoud (confinement, isolation, solitude en hébreu). Je devrais sauter de joie ce soir. Même pas. Je vis dans le pays le mieux protégé du monde (authentique), mais à quel prix:
    - l'amour de ma vie ne m'embrasse que virtuellement derrière un écran en plastique,
    - nous prenons nos repas par messagerie instantanée,
    - aucun de nous ne mange la même chose que l'autre,
    - nos échanges de tendresse sont des images et des sons de télévision...
    Et nous aurons peur de nous toucher lorsque nous nous reverrons.
    Il faudra surmonter çà...
    Parce qu'on s'aime.

    L’image contient peut-être : ciel, plein air et nature
    L’image contient peut-être : plante, fleur, plein air et nature