Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tendresse

  • La tendresse

    La tendresse, c'est un très vieux réflexe de "marquage", que nous possédons dans notre cerveau mammalien, qui n'a pas changé depuis quarante mille ans. Elle permettait, par le frottement des pelages porteurs de phéromones différentes, de créer une nouvelle odeur qui ne serait reconnaissable que par ceux qui l'ont créée .... et par ceux qui seraient créés avec !   Il en reste des traces: un nourrisson ne reconnaît sa mère qu'à l'odeur de ses phéromones, que l'on trouve dans sa sueur.... et dans son lait. Avec les milliers d'années qui ont forgé notre évolution sociale, ce réflexe est passé à un rapprochement entre les êtres où la recherche de douceur et de protection a pris le pas sur le marquage odoriférant. 

    Aujourd'hui il semble que la tendresse soit réservée uniquement à ceux qui s'aiment "à deux". Ceux-là ont bien de la chance d'être sûrs de trouver chez leur partenaire le lieu physique où poser leur tête sur une épaule amie, de se sentir enveloppé (e) dans des bras accueillants et solidaires, même si ce n'est qu'un instant, pourvu que cet instant soit du pur bonheur, de l'extase consolateur aussi brillant qu'un soleil dans la nuit, qui n'exige rien, qui ne demande pas compensation. 

    Et tant pis pour ceux qui aiment "à coeur ouvert". Leur tendresse devient suspecte, elle est "politiquement incorrecte", elle suscite des jalousies et des envies... Mais être tendre ce n'est pas forcément fonder un foyer ni tromper qui que ce soit... Etre tendre c'est oublier son adulterie (on dit bien enfance, alors ! ), et toutes les con-tingences (oui, je le fais exprès ! ) qui vont avec, pour retrouver la béatitude à l'autre, se retrouver consolateur (trice) sans pour autant en tirer un pouvoir, se sentir consolé (e) sans en déduire un devoir, être libre d'accepter que ce regard humide et désolé vienne se poser au creux de l'épaule et s'épanche en toute confiance, en toute sécurité, en toute sérénité, accepter de venir enfoncer son nez dans un cou tiède et  doux, et fermer les yeux, le temps de quelques respirations, le temps de baisser le rideau de la vie un petit moment, avec cette tendresse là, simple, fidèle, étale comme une marée basse, au sein de laquelle les batteries du coeur se rechargent à grande vitesse. 

    Et pardon pour ceux qui voudraient en avoir un peu, de la tendresse, et qui ne reçoivent rien, ni le don de l'enfance, ni la simplicité du coeur, ni la chaleur des corps qui se touchent. D'un regard trop vite détourné, tellement le mal de l'autre est devenu édifiant, sensible, visible, il ne leur reste que la mendicité d'un échange, une prostitution du sourire contre une quelconque attention qui sonnera aussi faux que le reste. Et ceux-là mangeront alors  leurs barrières de contingence comme des affamés mangent ce qui leur sert à marcher sécures, ils écraseront les barrières de la société, dénigreront la charité publique, enverront paître le SAMU social, invectiveront les gens heureux en crise absolue d'une immense jalousie, d'une profonde rancoeur, qui les font vomir de rage dans les tréfonds de la ville, alors que les gens heureux font l'amour au creux de la nuit. 

    La tendresse est une nourriture nécessaire à notre cerveau, à notre intelligence, à notre bien-être. Qu'elle soit vécue cachée dans l'intimité d'un couple ou étalée au grand jour sur un banc public, elle est aussi nécessaire que ce qui nourrit notre ventre ou que l'air qui fait battre notre sang. Mais nos sociétés imbéciles ont dénaturé cette nourriture, elle l'ont rendue socialement illicite, pour en faire un signe d'appartenance duale alors qu'elle est un ciment social et une garantie de liberté individuelle et collective. 

    La tendresse est un aliment qui ne rend pas obèse, car on en donne ou on en reçoit JAMAIS assez. Je ne connais personne qui soit mort d'avoir donné ou reçu trop de tendresse. C'est une nourriture qui est produite instantanément, mais qui ne se conserve jamais.

    Avoir besoin de tendresse ne doit pas être l'objet de honte. Pas plus que ceux et celles qui peuvent en donner, ceux et celles qui la reçoivent n'ont pas à s'en cacher. La tendresse est un acte commun dans les tribus primitives, trop souvent comparée par nos observateurs cartésiens à une lascivité sexuelle ou à un manque de fidélité. Le rapport peut évidemment être remarqué, mais il n'a en commun que des signes apparentés aux préliminaires amoureux, sans en avoir l'objectif ou la corollaire.

    (À suivre)

    (c) Pablo Robinson - 07/2008

  • lettre fulgurante pour Elle

    Le soleil plombe depuis une heure sur le toit de la voiture. Fenêtres ouvertes, dans l'embouteillage entre l'aéroport et Fort de France. Patience. Petites avancées pas à pas, l'esprit ailleurs. Et paf! soudain, fulgurante, l'image subliminale d'elle apparaît, là, en pleine chaleur de midi tropical. Une estompe entre l'air vibrant, les voitures devant, le rien de la pensée à ce moment-là. Ca prend pile en dessous du sternum. Une envie de larguer tout ça, de descendre de la voiture en claquant la porte, d'aller à pied vers l'aéroport, de sortir la carte bancaire et de prendre le premier billet qui va vers Paris...

     D'un seul coup j'entrevois la bruine à la sortie du couloir d'Orly, la fraîcheur presque douce du matin de printemps. Sauter dans un taxi, et aller à l'île saint louis renifler les parfums du marché aux fleurs. Traverser la Seine, remonter Saint Jacques et puis aller à l'entrée des catacombes, là, entre le bistrot du coin et l'autre marchand de fleurs, tourner autour du lion et redescendre vers le jardin du luxembourg.

    Ou encore fuir d'un coup d'avion au-dessus des Alpes, survoler le lac majeur et fondre comme une pierre sur la plaine de Vérone, traverser le parking à la hâte et  entrer dans le petit magasin pour dévorer quelques parts de parmezziano entre regardant ses yeux brillants de plaisir.

    La voiture devant avance encore. Un visage apparaît encore, plein du soleil de la Mer Morte, une peau bronzée, lisse, de visage aimé et tendre. Flou nouveau et la revoilà accroupie dans la mer, un masque collé aux yeux, pour regarder les petits poissons colorés du récif. Elle revient derrière moi, je sens son corps contre mon dos, vibré par le moteur de la moto.

    10 secondes seulement et la route se libère.

    Presque pas grave si elle n'est pas là, si elle fait semblant de ne rien voir, de ne rien entendre , d'oublier ces moments partagés... son image est collée devant mes yeux, en transparence, comme une manière d'adoucir l'aveuglant du soleil d'ici. Personne se saura rien de ces moments. Personne sauf elle, si elle y croit, sauf elle si ......

     Non, rien. c'était une moment de fulgurance sur une voie express, chaude, tropicale, lointaine. trop lointaine pour qu'elle le sente. Une rechute d'amour, peut être.

    (c) Pablo Robinson- 03-2008