Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

confinement jour 17

(3/4/20)

"Hesguer". c'est comme ça qu'on dit confinement en hébreu... et dire que j'ai mis 17 jours pour le savoir !
A ne pas confondre avec "bidoud", isolement...

Aujourd'hui je déménage... En fait je quitte mon "bidoud" pour passer en "hesguer"... Dans les faits, ça ne change rien: rester dans l'espace d'habitation, sortie minimale pour faire les courses ou pour faire pisser le chien (ou la tortue ou le caméléon ou le crocodile - plus rare, mais on sait jamais...-)... Mais ça va tout changer: je ne serai plus seul, et mes relations humaines, jusque-là limitées à mes voisins dont la distance se mesurait en pas comptés vont devenir des relations de peau à peau, de souffle à souffle,dans un espace restreint où la promiscuité obligera à des concessions dont je me passais jusqu'à présent.

Ma dernière mission en nouvelle-Zélande a duré un peu moins de deux mois. J'habitais un petit appartement, juste à ma taille de travailleur célibataire, un séjour avec coin cuisine minuscule, une chambre où mes deux valises ne se sentaient pas trop à l'étroit, et une salle de bain claire sur un parquet de bois exotique raffiné. J'y avais pris mes aises, sans faire d'autres concessions que d'aller rencontrer la vieille propriétaire une fois par semaine, le vendredi après-midi, pour mettre mon ballot de linge sale dans sa machine à laver chinoise. Ces machines sont construites sur le modèle américain et se chargent par le dessus. le mouvement circulaire de va et vient est assez surprenant pour nous-autres européens. Je me suis même dit qu'on pourrait bien y mettre son chien ou son chat à laver, tellement le mouvement semble inoffensif. L'animal en sortirait avec de sérieux vertiges, mais ne succomberait pas à la noyade...

Donc j'y avais pris mes aises, retrouvées dans ma solitude de yourte, partagées ces derniers jours avec le chat sans nom, et chacun de nous savait très bien où se trouvaient les limites de son territoire. Bien que la faim de son coté et la curiosité du mien nous ait poussés à vouloir les franchir. Dans quelques heures, il faudra que tout cela s'efface et que cet espace que je m'étais approprié soit partagé. Mon ange d'épouse et mon autre ange de fille se sont, de leur coté approprié celui que j'ai quitté il y a plus de deux mois. Je sais qu'elles m'attendent, et elles savent que j'arrive. Par contre je ne sais pas encore comment elles vont m'apprivoiser...

J'ai rangé mes deux valises qui m'ont suivi dans mon périple, sans avoir été perdues dans l'odyssée du retour. Elles sont dans la Jimny avec quelques boites de conserves que j'emporte avec moi. La route 40 qui traverse le pays du Sud au Nord est presque vide. Seuls des camions lancinent patiemment sur le ruban sombre. Je ne vais pas plus vite qu'eux, avec l'impression de me glisser dans une confrérie particulière de gens qui ont fait du voyage leur terre de jeux, de douleurs ou de passions.

Je me suis arrêté sur le bord de la route, là où narguent des fleurs jaunes et  des mimosas en fleur dans ce décor monotone. J'en ai cueilli un gros bouquet. Je vais arriver à la maison...

IMG_2670 (2).JPG

Écrire un commentaire

Optionnel