Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voeux 2006: Trace les chemins

C'était un petit matin de Bretagne. Je marchais dans les pâtures gelées, laissant sous mes pas une trace verte, à la recherche de rien, sorti juste au soleil levé pour une admiration de l'azur naissant, un goûter d'air de lever du jour, avec le piquant du gel dans le nez, et les frissons de pas glacés dans les jambes. Lena Socksann (*) me disait en marchant:

"- tu vois Robinson, les pas que tu fais ont mis une trace qui n'était pas là avant. Et tu marches encore sur des traces à venir. Tu ne connais pas là où ton pied se pose."

Des fois, Lena, je la trouve d'un banal, mais là, c'était pire que tout.

"- ne médis pas de moi, Robinson. Tu es le seul à qui je parle, c'est un privilège que je te donne, alors sois attentif !"

Dans ces cas-là, vaut mieux me taire, donc....

"- Vous autres humains, vous considérez vos pas comme des continuités naturelles. Elles ne le sont pas. Déplacer vos corps procède d'une gestion du déséquilibre, et vous n'en n'êtes même pas conscients. Pourtant, chaque pas que vous faites vous déplace dans l'espace et le temps, et trace des futurs dont vous n'avez pas la mesure. Vous pourriez pour chaque pas que vous faites tracer des chemins nouveaux, établir des ponts et de point en point aller ainsi vers un futur plus cohérent avec vos rêves..."

Bon, et après, Lena ? on est 6 milliards à marcher tous les jours, 6 milliards à avoir des rêves et à croire qu'avec nos pas, ils vont se réaliser. Même nos gestes les plus infimes participent à cet espérance. Qu'est ce qui est nouveau dans le songe d'aujourd'hui ?

"- Rien de plus, sinon que si toi tu en prends conscience, d'autres ne le font pas et ne remplissent pas leur vie de cette force là. Il te faut leur dire, les éveiller à la réalité des gestes de chaque jour, qu'ils sachent que rien ne vient du linéaire, mais que tout se fait dans le désordre des pas nés de déséquilibres, de chutes, et d'abandons de situations que l'on peut avoir aimées. Tes nouveaux pas de cette année seront des pas comptés à la mesure de ce que tu aimes, des pas lancés vers ceux qui marchent vers toi, des pas de rencontres. Et de tes pas viendront des traces que d'autres suivront, en sorte que tes pas seront demain des pistes connues. Et si la piste est faite avec des pas lourds, car lourds ont été les déséquilibres qui en ont été matrices, alors les pistes seront profondes. Elles deviendront des chemins. Et si les poids qui ont creusé tes pas sont pétris de la pâte de l'Amour, avec des accents de respect et de Foi, alors tes chemins seront empruntés pour aller vers le bonheur, et toi tu seras heureux de les avoir tracés."

Léna, tu es gentille. Mais moi je ne suis rien, à peine une trace, tu le sais bien !

"- oui, sans doute tu n'es rien. Mais les traces que tu laisses peuvent être infinies et reconnues. Et tu leur diras comme un conte, une forme de voeux, afin que eux aussi sachent que leurs traces deviennent aussi des chemins d'amour, des formes de construction d'énergie dans le Grand Rien, et sur ces chemins ils construiront un monde de justesse et de justice, de sagesse et de sérénité..."

 

(*) Retrouvez Lena Socksann dans les Voeux (www.robinsondesiles.com )

(c) Pablo Robinson-01/2006- Voeux pour un Amour

Écrire un commentaire

Optionnel