Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • confinement jour 17

    (3/4/20)

    "Hesguer". c'est comme ça qu'on dit confinement en hébreu... et dire que j'ai mis 17 jours pour le savoir !
    A ne pas confondre avec "bidoud", isolement...

    Aujourd'hui je déménage... En fait je quitte mon "bidoud" pour passer en "hesguer"... Dans les faits, ça ne change rien: rester dans l'espace d'habitation, sortie minimale pour faire les courses ou pour faire pisser le chien (ou la tortue ou le caméléon ou le crocodile - plus rare, mais on sait jamais...-)... Mais ça va tout changer: je ne serai plus seul, et mes relations humaines, jusque-là limitées à mes voisins dont la distance se mesurait en pas comptés vont devenir des relations de peau à peau, de souffle à souffle,dans un espace restreint où la promiscuité obligera à des concessions dont je me passais jusqu'à présent.

    Ma dernière mission en nouvelle-Zélande a duré un peu moins de deux mois. J'habitais un petit appartement, juste à ma taille de travailleur célibataire, un séjour avec coin cuisine minuscule, une chambre où mes deux valises ne se sentaient pas trop à l'étroit, et une salle de bain claire sur un parquet de bois exotique raffiné. J'y avais pris mes aises, sans faire d'autres concessions que d'aller rencontrer la vieille propriétaire une fois par semaine, le vendredi après-midi, pour mettre mon ballot de linge sale dans sa machine à laver chinoise. Ces machines sont construites sur le modèle américain et se chargent par le dessus. le mouvement circulaire de va et vient est assez surprenant pour nous-autres européens. Je me suis même dit qu'on pourrait bien y mettre son chien ou son chat à laver, tellement le mouvement semble inoffensif. L'animal en sortirait avec de sérieux vertiges, mais ne succomberait pas à la noyade...

    Donc j'y avais pris mes aises, retrouvées dans ma solitude de yourte, partagées ces derniers jours avec le chat sans nom, et chacun de nous savait très bien où se trouvaient les limites de son territoire. Bien que la faim de son coté et la curiosité du mien nous ait poussés à vouloir les franchir. Dans quelques heures, il faudra que tout cela s'efface et que cet espace que je m'étais approprié soit partagé. Mon ange d'épouse et mon autre ange de fille se sont, de leur coté approprié celui que j'ai quitté il y a plus de deux mois. Je sais qu'elles m'attendent, et elles savent que j'arrive. Par contre je ne sais pas encore comment elles vont m'apprivoiser...

    J'ai rangé mes deux valises qui m'ont suivi dans mon périple, sans avoir été perdues dans l'odyssée du retour. Elles sont dans la Jimny avec quelques boites de conserves que j'emporte avec moi. La route 40 qui traverse le pays du Sud au Nord est presque vide. Seuls des camions lancinent patiemment sur le ruban sombre. Je ne vais pas plus vite qu'eux, avec l'impression de me glisser dans une confrérie particulière de gens qui ont fait du voyage leur terre de jeux, de douleurs ou de passions.

    Je me suis arrêté sur le bord de la route, là où narguent des fleurs jaunes et  des mimosas en fleur dans ce décor monotone. J'en ai cueilli un gros bouquet. Je vais arriver à la maison...

    IMG_2670 (2).JPG

  • Confinement: jour 16

    (2/4/20)

    Ma chérie a fini (enfin) par me le dire. "Tu me manques, j'ai besoin de toi !". Ce qu'il fallait. Comme de mettre la clé dans le démarreur. Alors j'ai cherché tous le prétextes pour quitter ma yourte et mon désert...
    - la liaison internet est pourrie, ç'est uniquement le partage de connexion de mon téléphone. Un brave instrument celui-là.
    - le chat sous la yourte en a marre de faire du yoga. La nuit, là, au moment où j'écris, il miaule en copain, trois ou quatre miaulements discrets, puis silence pendant cinq minutes, et il recommence. Je pense qu'il a froid, mais il ne veut pas me l'avouer, et encore moins venir se mettre au chaud.
    - le temps fait le yoyo, ça décourage des tortues et les caméléons, ils restent confinés (eux aussi) et ils ne se montrent pas, ça me déçois beaucoup, j'aime trop ces petites bêtes.
    - pas de télé. D'un coté, tant mieux, j'ai assez d'infos sur les réseaux sociaux: si les infos journalistiques sont du même tabac, je comprends que les gens qui restent devant leur télé toute la journée deviennent dingues.
    - la voisine, adorable, ramasse des chiens en croyant qu'elle les sauvent. Elle a récupéré une chienne bédouine probablement skizophrène qui doit avoir des cordes vocales en titane. Elle aboie tout le temps, sur n'importe quoi et n'importe qui (dont moi) pour n'importe quelle raison obscure. La nuit c'est pire, elle engueule la lune...
    - le sable. Il s'invite tout le temps dans tout ce que je fais. un malotru total : se met dans mes chaussures, se glisse sous la porte, fait la dune devant la yourte juste pour que j'utilise ma pelle, s'incruste avec son copain le vent dans le clavier de mon fidèle Lancelot III (c'est le nom de mon ordinateur portable, troisième du nom, le deux ayant perdu ses moyens faute de batterie de rechange, le un ayant été volé dans ma voiture par des envahisseurs à Jaffa juste devant la vieille mosquée), et, lorsque son compère le vent vient du sud et sa copine la pluie s'y colle aussi, ces trois là transforme et ma voiture et mes vitres en tenues de camouflage dégradée de tous les ocres jaunes de la région.
    - le parquet: ça fait une semaine que je bouche les fissures avec la patience d'un ange qui aurait perdu ses ailes dans un poulailler industriel: mes genoux de vieux n'en peuvent plus. Et c'est pas encore fini...
    - le froid qui me fait perdre l'envie de boire mon café: pendant que j'écris, le soir, la température tombe dans ma tasse chaude comme une épidémie: invisible, elle éteint la chaude sensation de tenir le mug, elle tiédit tout, puis me fait frémir quand je me lève pour aller dans mon lit froid et solitaire.

    Voilà assez d'arguments pour aller rejoindre la civilisation claquemurée derrière les peurs ancestrales des épidémies séculières. On se regarde, mes vieilles chaises et moi, celles qui ont fait le tour du monde depuis quarante ans, comme si l'on assistait à une veillée de bataille, ou à une veille de départ, en se disant qu'on ne s'oubliera pas, en jurant qu'on reviendra. Et je vous vois, tous, assis autour de moi, qui me dites "vas-y, vas-y..."

    Il est temps que je rentre, j'entends des voix...

  • Confinement: jour 15

    (1/4/20). le quatorzième jour c'était hier. En toute logique, je devrais quitter cet endroit et rentrer à la maison, et être encore confiné indéfiniment dans une ville, cette fois, et dans un confinement partagé dans un espace fini.

    J'hésite. Ici le regard porte jusqu'à l'horizon depuis les fenêtres. Les bruits sont ceux de la nature. Quelquefois les avions viennent s’entraîner au-dessus de ma tête, et il m'arrive de jouer à les suivre avec mes jumelles, les observer faire leurs cabrioles rondes, leurs ressources verticales, leurs piqués d'échappatoires. Ici je peux sentir le désert, définir mon jardin sans barrières, regarder les troupeaux raser méthodiquement les parterres à peine fleuris, chercher des yeux les animaux du silence, les voir vivre.

    J'hésite. Dans ma solitude relative, je peux laisser mon esprit divaguer à sa guise, élucubrer des idées aussi nouvelles que farfelues, prier sans barrières, démonter le monde et croire que demain il sera aussi différent que beau, jouer patiemment à reboucher des fissures inconnues. Ici le temps ne compte plus.

    J'hésite. Mon ange ne me crie pas son désarroi, elle occupe notre espace pour deux qui s'est refermé sur elle, comme si tout ce qui arrive était devenu supportable, comme si mon retour devenait un supplément au vécu du jour, comme si je pouvais devenir une contrainte supplémentaire, un frein à nos libertés individuelles, à nos coins qui pouvaient être devenus secrets à force de solitude. On prend vite des habitudes nouvelles pour combler les liens qui nous manquent. Je n'y échappe pas.

    Je partirai vendredi. Je vais laisser s'éteindre ce long moment passé avec moi-même, réveiller les liens qui s'étaient endormis, cesser de regarder le vide, ce néant de tout qu'il faut sans cesse remplir de pensées et d'actions, pendant que les étoiles, au-dessus du ciel, me narguent en continuant inlassablement leur petit manège narquois et éternel...

     

    (photo: arum rare du désert)

    L’image contient peut-être : plante